Couleurs Cactus

Couleurs Cactus

Samedi 15 mars > 10.30 >> Café littéraire avec Marcus Malte & Abed Abidat

COUV_M Malte.jpg

 

Invitation au Petit déjeuner littéraire  de Couleurs Cactus

 

Nous avons le plaisir de vous inviter à notre premier petit déjeuner littéraire

en présence de Marcus Malte et d'Abed Abidat,

qui se tiendra samedi 15 mars 2014 à 10h30

au Comptoir Dugommier

14 Bd Dugommier 13001 Marseille

Métro L2 Noailles / Tram T1 Dugommier

 

Cette rencontre sera l'occasion pour nous de vous présenter le 2è ouvrage de notre collection « à vif »,

aux éditions Couleurs Cactus, ouvrage issu du 5è Festival du Livre de la Canebière (juin 2013).

 

En 2013 nous avons en effet passé commande à Marcus Malte, auteur de romans noirs, et Abed Abidat, photographe, pour garder une trace, pour témoigner, chacun à sa manière, de ce qu'il se passe sur ce haut de la Canebière, carrefour bruyant et coloré, quelque peu atypique où se côtoient les festivaliers, les habitants, petits et grands, les amoureux des livres, les badauds, les curieux ...

 

Pendant 3 jours, les auteurs ont rencontré les gens, celles et ceux qui passent, qui habitent la Canebière et le kiosque à musique, celles et ceux qui prennent le temps ou pas d'un café, d'un sourire, d'une accolade, celles et ceux qui font Marseille, tout simplement.

 

Marcus Malte, à son habitude, en écrivant la nouvelle Je n'étais pas parti pour rester , a su mêler la grande Histoire, celle de l'été 73 durant lequel, à Marseille, le groupe Charles Martel perpétrait des crimes racistes, à celle de la petite histoire, celle d'un homme qui, 40 ans plus tard, en descendant de la gare Saint-Charles, part à la recherche de fantômes qui l'assaillent encore.

 

Abed Abidat, quant à lui, a choisi de photographier ceux que la précarité a fini par jeter à la rue, ceux qui vivent à nos côtés sans qu'on les voit vraiment, ceux qui s'efforcent à la transparence parce que nous n'osons pas les voir, ceux qui restent Debout, malgré tout...

 

Entre deux silences, ce silence de cette histoire marseillaise vite occultée, ce silence, « témoin d'une étrange contamination », celui qui « permet de ne pas se laisser obnubiler par la banalité du quotidien », notre ami René Frégni nous a offert quant à lui une préface emplie d'humanité et de générosité. Nous l'en remercions vivement.

 

Au plaisir de vous rencontrer pour échanger avec Marcus Malte, Abed Abidat et l'ensemble de notre équipe.

 

Valentine Traoré,

Présidente

 

souvenir01.jpg



11/03/2014

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres